Les grandes gueules aboient au-dessus de nos impuissances

Du ciel tombent des cendres produites ailleurs avec nos armes

Les saisons font leur gamme, indifférentes aux cœurs bousculés

 

La lumière est grandiose – la lumière contrebalance

Faiblement les fumées au-dessus des ruines et des larmes

Viennent le printemps et sa tolérance – cantabile

 

L’opéra des lumières comme horizon – condoléances

Derrière les ténors chante le chœur qui donne l’alarme

Ne soyons pas naïfs l’aube sera désarticulée

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s